PostHeaderIcon Léonce et Léna - 2001

Le prince Léonce s’ennuie ferme à la cour de roi son père, Pierre de Popo. Témoin mélancolique du temps qui passe, marionnette princière au royaume des mécaniques, amoureux des femmes sans en aimer aucune, il refuse cependant d’épouser la princesse que son père lui destine et s’enfuit vers l’italie avec Valério, compagnon de fraîche date, autre oisif, vagabond philosophe.

Mais Léna, autre princesse fantoche victime de la machinerie impitoyable du pouvoir, a choisi elle aussi de fuir ce mariage arrangé avec la complicité de sa fidèle mais illuminée gouvernante.

Fiancés malgrès eux, Léonce et Léna se rencontrent sans le vouloir et incognito dans une auberge. La nuit décide de leur avenir. Amoureux par hasard, ils s’épousent dès le lendemain, ignorant leurs identités respectives. Ils apportent ainsi involontairement une heureuse conclusion au projet royal. Se croyant mannequins d’un jour, ils se figent pour l’éternité…

Léonce et Léna est une pièce de Büchner (Georg Büchner) . La mise en scène est signée Evelyne Charnay.

Distribution :

Amélie Charnay Anne Cécile Delaby Cedric Vallet Evelyne Charnay Guy Bourgeois Mickaël Viguier Pascal Lifschutz Philippe Beaulande Pierre Porquet Svend Andersen

En vidéo :

Note de mise en scène :

Pour pallier à la multiplicité de personnages épisodiques et sans grands intérêts, l'adaptation d' Evelyne Charnay , donnera priorité à six personnages : le prince Léonce, la princesse Léna, Valério, la gouvernante, et le roi Pierre.

Un comédien interprétera successivement les différents fonctionnaires zélés du roi Pierre. Une seule comédienne jouera le rôle de Rosetta et de Léna, image de la femme d'abord floue à travers la première, plus élaborée ensuite chez Léna. Mais les apparences sont cependant trompeuses, Rosetta étant plus humaine, Léna, plus sophistiquée.

Léonce cherche vraisemblablement, comme tout homme jeune, la même femme depuis son adolescence, conditionné en cela par son éducation.

L'adpatation conservera une scène écrite à l'origine par Büchner ôtée pour des raisons politiques.

La distribution sera complétée d'une marionnette, le thème de la pièce se prêtant tout spécialement à cet aspect mécanique des choses, automates de cour et de pouvoir.

Les costumes s'inspireront de ceux du début du XIXème sicèle, période post-napoléonienne du séjour de Büchner en France.

Des musiques allemandes d'époques, pompeuses dans les scènes de cour, plus légères dans les scènes bucoliques ajouteront à la magie et au comique de l'histoire. La chanson de Rosetta, et une chorégraphie enlevée pour la fuite des fiancés vers l'Italie préserveront un rythme enlevé tout au long de la pièce.

Enfin un décor sobre et naif, des lumières tantôt romantiques et tantôt gaies permettront un enchaînement rapide des trois actes et laissent un espace suffisant sur la scène pour quelques passages chorégraphiés.
.

Note d'intention :

Au contraire des deux célèbres pièces Woyzseck et La mort de Danton du même auteur, Léonce et Léna est une comédie satirique riche en humour et en fantaisie.

La légèreté de l'intrigue souligne le profond tourment de l'homme face à l'immensité de l'univers, désarmé devant le temps qui passe irrémédiablement. Avec un roi loufoque, des courtisans serviles, des fonctionnaires idiots, un prince oisif et désabusé, Büchner se moque de l'Allemagne de son époque avec son romantisme "qui pue l'eau de vie" et dont il est pourtant influencé lui-même. Il nous conseille de rire de notre condition avant d'être obligé d'en pleurer.

Un décor naïf dépeint ce royaume imaginaire et burlesque où une douzaine de personnages, interprétés par six comédiens vétus à la mode post-Napoléonienne, s'animent sur de subtils musiques allemandes. Spectacle tout public..

Les commentaires sont fermés.