PostHeaderIcon Du Roi Philippe il était sire - 2006

Après la fin tragique des Templiers, une malédiction semble s’acharner sur Philippe le Bel et ses fils, emportant avec eux ceux qui ont participé de près ou de loin à leur arrestation. A l’heure de sa mort, Philippe le Bel recommande son chambellan Enguerran de Marigny à son fils aîné, Louis de Navarre. Une fois seul, le jeune roi, peu doué pour le pouvoir, subit l’influence de son oncle Charles de Valois, prêt à tout pour se débarrasser du chambellan et à régner à travers son neveu.

Du Roi Philippe il était sire est une pièce de Evelyne Charnay . La mise en scène est signée Evelyne Charnay.

Distribution :

Amélie Charnay Benoît Berthon François Romain Laurent Malraux Lee Michelsen Michel Crayssac Mickaël Viguier Philippe Millot Sacha Petronijevic Thierry Egger

En vidéo :

Note d'intention :

Le minutieux travail de Jean Favier sur Philippe le Bel et Enguerran de Marigny apporte un éclairage nouveau et nécessaire à l’étude de ces deux hauts personnages et de leur entourage. Le titre de la pièce, tout droit sorti de la chronique de Geoffroy de Paris, témoin crédible bien que partisan, nous semble suffisamment explicite. Voici donc la chute de ce chambellan de toute petite noblesse dont la « hautaineté », le train de vie et l’assurance, laissèrent à penser à ses contemporains qu’il gouvernait seul le royaume. Il ne fut, en vérité, qu’un simple exécutant au service d’un roi ferme, moderne mais dissimulateur. Disons-le franchement, Enguerran de Marigny n’est pas sympathique et sans doute méritait-il une punition pour son ambition effrénée. Mais aujourd’hui, son exécution nous choque. Pourtant, si le gibet n’est plus de saison en France, le lynchage médiatique des ministres nous est coutumier. Leurs adversaires ne les accusent plus de sorcellerie pour les faire tomber mais tous les coups bas restent permis. Et nous constatons avec amertume que nos gouvernants peinent toujours autant que Philippe le Bel et Enguerran de Marigny à faire aboutir les réformes et remplir les caisses du Trésor. Aussi, en attendant le magicien providentiel qui règlera une fois pour toutes ces récurrents problèmes, pouvons-nous toujours essayer d’en rire. Le personnage du sorcier Jacques De Lor a pu être développé grâce à L’Histoire du donjon et du château de Vincennes, publié en 1807, en réserve à la bibliothèque de Vincennes. Il apporte les scènes de comédie nécessaires pour aérer ce lourd sujet où plane encore la malédiction des Templiers..

Les commentaires sont fermés.