Biographie de Evelyne Charnay :

Evelyne Charnay

Après un passage chez Jean-Laurent Cochet, Evelyne Charnay interprète les jeunes premières classiques avec une préférence pour celles de Marivaux et participe à une douzaine de téléfilms et court-métrages.

Elle signe ensuite dialogues et scénarios de plusieurs téléfilms ainsi qu’un ciné 16, Comme un poisson sans bicyclette dont les principaux acteurs sont Bernard Lecoq, Evelyne Buyle et Tsilla Chelton.

Après avoir dispensé des cours d’art dramatique pendant six années à Vincennes, elle est médaillée d’argent Arts/ sciences et lettres pour son action culturelle et fonde la « Compagnie Altaïr ».

Elle écrit alors pour le théâtre 1792, puis Galéjade ou si l’on contait Daudet, avec Guillaume Canet, comédien encore débutant à l’époque, dans le rôle principal. Elle mets en scène par la suite Les Amoureux de Goldoni, La Tempête de Shakespeare, et Léonce et Léna de Büchner. A l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de Marie-Antoinette, elle écrit et monte ensuite Antonia en Aulide, créée à Vincennes fin 2004 à l’Auditorium Jean-Pierre Miquel, rejouée à Versailles à l’Hôtel de Madame du Barry en 2005 et qui sera reprise en 2009 à Paris.

Sa dernière création en 2006 relate le jugement à Vincennes et la fin tragique d’Enguerran de Marigny, chambellan de Philippe le Bel, homme politique moderne dont l’ambition sans borne le mènera au gibet.

Romans :
Son premier roman Les Princes d’Outre-mer publié chez Coop Breizh en mars 2003, relate la reconquête de la Bretagne par le prince de Cornouaille Alain Barbetorte sur les Vikings, au Xème siècle.
Pour Dieu et mon pays publié en octobre 2008 chez France Empire. Il évoque les tourments d’un jeune maire déchiré entre les idées nouvelles et les effets néfaste de l’application de la constitution civile du clergé dans les campagnes bretonnes. Il est début d’une trilogie sur la Révolution dont trois amis d’un même village, sont les héros.

PostHeaderIcon Du Roi Philippe il était sire

Après la fin tragique des Templiers, une malédiction semble s’acharner sur Philippe le Bel et ses fils, emportant avec eux ceux qui ont participé de près ou de loin à leur arrestation. A l’heure de sa mort, Philippe le Bel recommande son chambellan Enguerran de Marigny à son fils aîné, Louis de Navarre. Une fois seul, le jeune roi, peu doué pour le pouvoir, subit l’influence de son oncle Charles de Valois, prêt à tout pour se débarrasser du chambellan et à régner à travers son neveu.

PostHeaderIcon Antonia en Aulide

D’après les correspondances entre Marie-antoinette, Marie-Thérèse d’Autriche, Mercy d’Argenteau et Joseph II.

Dix années de correspondance entre Maria- Antonia, dauphine puis reine de France et sa mère Maria-Thérésa, impératrice d’Autriche, de la marche nuptiale vers Versailles en 1770 jusqu’à la mort de l’impératrice en 1780.

L’archiduchesse Maria-Antonia quitte l’Autriche le 21 avril 1770 pour épouser le dauphin de France Louis-Auguste. Elle n’a pas quinze ans et n’est pas prête au rôle politique que sa mère l’impératrice et son frère co-régent veulent lui faire jouer : préserver l’alliance entre les deux monarchies catholiques contre la Prusse Calviniste de Frédéric II. Afin de mieux la conseiller et la surveiller, Marie-Thérèse fait espionner la jeune dauphine et lui impose une correspondance secrète.